Les seniors vont-ils enfin être indemnisés correctement par l’assurance-chômage ? Découvrez les nouvelles mesures choc du gouvernement !

Les seniors au chômage pourraient enfin voir leurs droits reconnus grâce aux récentes mesures choc prises par le gouvernement en matière d’assurance-chômage. Découvrez dans cet article les avancées tant attendues pour garantir une indemnisation correcte des seniors en situation de recherche d’emploi.

Les nouvelles mesures choc du gouvernement en matière d’indemnisation chômage

La ministre du Travail a entamé ce mercredi deux jours de concertation avec les leaders syndicaux et patronaux sur la réforme de l’assurance-chômage. Cette réforme prévoit des mesures chocs qui pourraient avoir un impact important sur les seniors.

Un durcissement des conditions d’indemnisation pour les seniors

L’une des mesures phares de cette réforme concerne les conditions d’indemnisation des seniors. Actuellement, il faut 6 mois d’activité salariée dans les 24 derniers mois pour avoir droit à une allocation-chômage. Mais selon les arbitrages du gouvernement, il faudra désormais avoir travaillé 8 mois dans les 20 derniers mois pour bénéficier d’une indemnisation.

Cette mesure, qui vise à réaliser d’importantes économies, risque de toucher particulièrement les jeunes de moins de 25 ans, les allocataires les moins bien indemnisés et les précaires, selon les estimations de l’Unédic.

Une prime de reprise d’activité pour compenser la baisse de rémunération des seniors

Face à ce durcissement des conditions d’indemnisation, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un mécanisme de prime pour compenser la baisse de rémunération que pourraient subir les seniors qui retrouvent un emploi moins bien rémunéré que leur précédent. Cette prime serait financée par l’Unédic.

En revanche, pour les seniors qui ne retrouvent pas d’emploi jusqu’à l’obtention d’une retraite à taux plein, leur allocation-chômage sera plafonnée à 57% du plafond de la Sécurité sociale, soit 2.202 euros par mois brut.

Révision des bornes d’âge pour les seniors

La réforme prévoit également une révision des bornes d’âge pour les seniors. Actuellement, une inscription à Pansélectionneur et plus donne droit à une durée d’indemnisation maximale de 27 mois, contre 22,5 mois pour une inscription à 53 ou 54 ans et 18 mois avant 53 ans. Avec la réforme, il n’y aura plus qu’un seul seuil fixé à 57 ans, en deçà duquel la durée d’indemnisation sera ramenée à 18 mois, soit le régime de droit commun.

Ce tour de vis sur les bornes d’âge devrait permettre au gouvernement de réaliser des économies supplémentaires, selon les estimations de l’Unédic.

Des mesures supplémentaires envisagées

En plus de ces principales mesures, d’autres ajustements pourraient être apportés. Ainsi, le gouvernement envisage de renforcer la contracyclicité de l’indemnisation chômage, afin de mieux faire face aux fluctuations de l’économie.

Le sort du bonus-malus, quant à lui, reste encore indécis. Si Matignon penche en faveur de son extension à certains secteurs supplémentaires, le ministère du Travail préfère une généralisation de cette mesure.

Des annonces attendues ce dimanche

Les concertations entre la ministre du Travail et les partenaires sociaux se poursuivent ce jeudi. Cependant, les syndicats sont convaincus que les marges de manœuvre sont limitées et que les arbitrages finaux seront pris à Matignon. Le Premier ministre aura l’occasion de faire les annonces officielles ce dimanche lors d’une interview à la presse écrite.

Pour Emmanuel Macron, cette réforme est nécessaire pour inciter à la reprise d’activité et optimiser l’indemnisation des demandeurs d’emploi. Selon lui, la France indemnise trop rapidement et trop longtemps certaines catégories de chômeurs, ce qui n’encourage pas la reprise d’activité.